Found

The document has moved here.


Apache/2.2.3 (CentOS) Server at eq2village.org Port 80
Nouvelles
Nouvelles

Dans le cadre du festival YoniFest 2017, Seréna Québec donnera une conférence sur le retour de la fertilité après une naissance. Les conférencières sont Mélina Castonguay, sage-femme de formation et formatrice bénévole accréditée chez Seréna Québec ainsi que Marie-Hélène Pinto, coordonatrice chez Seréna Québec et accompagnante à la naissance.

Publié dans Serena
Vendredi, 16 Juin 2017 14:23

Journées fériées et vacances 2017

Publié dans Serena

Désir d'enfant

Faire sa courbe de température : un indispensable pour féconder?

24 avril 2017

http://www.mamanpourlavie.com/desir-enfant/fertilite-et-infertilite/14661-faire-sa-courbe-de-temperature-un-indispensable-pour-feconder.thtml


La fertilité, c'est beaucoup plus complexe qu’une simple courbe de température. Cependant, lorsqu’elle est jumelée à d’autres observations, la courbe de température peut s’avérer fort utile lorsque vient le temps de concevoir.

Pourquoi faire sa courbe de température?

Faire sa courbe de température basale (température du corps au repos) permet de confirmer que l’ovulation a eu lieu lors d’un cycle. C’est la seule information qu’elle donne. Celle-ci est donc insuffisante pour repérer le moment précis de l’ovulation et pour savoir quels jours sont les plus propices pour avoir des relations sexuelles. « La courbe de température, c’est deux plateaux. On parle d’un plateau de températures basses en début de cycle et d’un plateau de températures hautes qui termine le cycle » explique Marie-Hélène Viau, directrice de Seréna Québec.

Cette dernière mentionne qu’une partie des femmes pense que le premier point de température haute est le jour de l’ovulation, alors que l’autre partie pense que l’ovulation a lieu le dernier jour du plateau de températures basses. Cela n’est pas nécessairement le cas. « Il y a une obsession de l’ovulation alors que, lorsqu’on veut concevoir, ce n’est pas ça qui est important, ce n’est pas ça qu’on devrait chercher. »

Savoir qu’on ovule en faisant sa courbe de température, oui, mais pour réussir à concevoir, il faut aussi et surtout réussir à déterminer tous les jours fertiles d’un cycle.

Bon à savoir

Pour être en mesure de faire une interprétation juste des différentes observations, mieux vaut une formation avec des professionnels plutôt que de simples lectures et visionnement sur Internet.

Le docteur Pierre Miron, fondateur et président du centre de procréation assistée Fertilys, affirme lui aussi que la courbe de température ne permet pas de déterminer le moment de l’ovulation. Il considère cependant que c’est une bonne idée de la prendre malgré tout, surtout au début. « On peut la faire pour se rassurer. C’est aussi un bon point de départ pour les discussions avec le médecin, lors de rencontres en fertilité. »

Comment faire?

Afin de savoir si l’ovulation s’en vient et quels sont les premiers jours de fertilité, il faut, en plus de prendre la température basale, observer la glaire cervicale (sécrétions vaginales) et le col de l’utérus.

« Dès le premier jour de fertilité, on devrait commencer à avoir nos relations sexuelles. Si on cherche juste l’ovulation, on perd les premiers jours fertiles, donc on se donne moins de chance. En observant l’ensemble des signes (température, glaire cervicale et col de l’utérus), on est en mesure d’identifier tous les jours fertiles du cycle, ce qui nous permet d’avoir une fréquence de relations sexuelles qui est beaucoup plus optimale », soutient Mme Viau.

La température basale se prend le matin, idéalement toujours à la même heure. Le corps doit préalablement avoir eu au minimum un bon deux heures de sommeil profond. « On recommande de laisser le thermomètre sur la table de chevet et de développer le réflexe de tendre le bras vers la table de chevet, en bougeant le moins possible », précise Marie-Hélène Viau. La voie vaginale est à privilégier, car la voie buccale est moins précise.

Observation du col

L’observation de la glaire cervicale, quant à elle, se fait tout au long de la journée. Lorsqu’on va à la toilette, avec un bout de papier ou un doigt, on va chercher la sécrétion à la vulve et on observe son apparence. Est-ce collant? Est-ce que ça s’étire? Est-ce que ça ressemble à un blanc d’œuf?

De plus, une attention particulière doit être portée aux sensations : est-ce qu’on a une sensation d’humidité qu’on n’avait pas la veille?

Finalement, l’autopalpation du col de l’utérus (qu’on fait le soir) va venir confirmer nos observations de la journée. En insérant un doigt ou deux dans le vagin, on sera en mesure de suivre les variations du col de l’utérus tout au long du cycle.

Ces trois observations permettent de savoir exactement où on est dans le cycle, d’identifier le premier et le dernier jour fertile, ou d’identifier des anomalies dans le cycle. « On peut même réussir à identifier les jours les plus fertiles à l’intérieur de la période de fertilité » soutient l'experte.

Le bon thermomètre, l’outil indispensable

Pour prendre sa température basale, il faut un thermomètre basal. « Il faut que ça soit écrit sur la boîte » précise Marie-Hélène Viau. Ce thermomètre, qui a deux décimal après la virgule, est beaucoup plus précis qu’un thermomètre pour la fièvre.

Facteurs qui influencent la température basale

  • Excès d’alcool la veille
  • Fièvre (grippe, etc.)
Par Julie Chaumont
Publié dans Serena


De plus en plus populaire pour ses avantages pratique, économique et écologique, la coupe menstruelle est une protection hygiénique en silicone médical pour les règles. Parfois appelée «coupelle», «cup» ou des noms de marques de ses divers fabricants, elle s’insère au vagin pour recueillir le flux menstruel (vidée aux 12 heures maximum), sans modifier le pH, ni assécher la flore vaginale, réduisant même les risques de prolifération bactérienne.

La question

Par son joint d’étanchéité, portée tout au long des jours de saignement, recueillant toutes les sécrétions, est-ce que l’utilisation de la coupe menstruelle pourrait avoir un impact sur l’observation de la glaire cervicale ?

L’explication

En effet, l’utilisation de la coupe menstruelle pourrait modifier l’observation de la glaire en début de cycle dans certains cas particuliers. Toutefois, ce ne serait pas un empêchement à utiliser la méthode symptothermique en toute confiance!

S’il y a sécrétion de glaire au col de l’utérus lors d’un jour où l’on porte la coupe menstruelle, elle sera récupérée, généralement sur la paroi interne de la coupe. La sensation à la vulve pourra ainsi être difficilement perceptible. Mais, cela n’empêchera aucunement l’observation de son apparence dans la coupe, avant de la nettoyer.

Même chez les femmes ayant des cycles normaux, soit entre 26 à 30 jours avec règles de 3 à 5 jours, certaines nous disent remarquer une sensation humide dans les derniers jours des règles, en retirant ou insérant la coupe, et parfois observer un peu de glaire opaque, collée sur la paroi interne.

Lorsque les cycles sont courts (21 à 25 jours) ou si les règles s’étirent en tachetures au-delà de 5 jours, il faudra prendre l’habitude de vérifier s’il y a de la glaire dans la coupe menstruelle. Certaines femmes aux cycles courts et irréguliers nous disent parfois remarquer de la glaire trouble ou transparente, distinctement à travers le flux menstruel dans la coupe.

La recommandation

Il est recommandé alors, pour les femmes à qui ces circonstances particulières pourraient s’appliquer, de tout simplement retirer la coupe régulièrement au fil de la journée, afin d’observer la glaire cervicale correctement dès son apparition dans le cycle.

Pour plus d’information sur la coupe menstruelle

Vidéo humoristique instructive - Pourquoi passer à la cup? De Madmoizelle.com

Vidéo - Avis gynécologique très complet

Vidéo tutoriel – Comment insérer et retirer la coupe?

Par Marie-Hélène Viau, Directrice générale Seréna Québec

L'une des formatrices de Seréna Québec, Sabrina Da Silva, explique la méthode symptothermique, ses avantages, son fonctionnement, et les services de notre organisme, lors de cette entrevue

Publié dans DIVERS

Entrevue d'une dizaine de minutes à la Télévision du Haut-Richelieu sur les services du seul organisme spécialisé en ‪‎fertilité‬ naturelle au Québec : contraception naturelle, conception naturelle et retour de la fertilité après un accouchement.

Vous aimeriez nous accueillir dans votre organisme pour une conférence-causerie? Contactez notre responsable des communications : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , 514-273-7531, 1-866-2SERÉNA

uterus


Publié dans DIVERS

Mélina Castonguay, sage-femme de Rimouski dans la vingtaine, formée et accréditée par le seul organisme communautaire spécialisé en fertilité naturelle au Québec, offre  des ateliers dans la région du Bas-Saint-Laurent pour mieux connaître le cycle féminin, prendre en main sa santé reproductive et gérer sa fertilité efficacement dans des objectifs de conception ou de contraception naturelle.

Voici l'entrevue accordée à la journaliste Adeline Mantyk du journal L'Avantage de Rimouski.

Vous êtes de la région et aimeriez suivre un atelier de Seréna Québec ?

  • Conception naturelle
  • Contraception naturelle
  • Retour de la fertilité après un accouchement
  • Cycle féminin à 35 ans et +

Contactez-nous à Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , 1-866-2SERÉNA

Mélina Castonguay Seréna Québec Rimouski


Publié dans DIVERS
Page 2 sur 4


Seréna Québec offre des ateliers de formation sur la méthode sympto-thermique. Consultez notre calendrier pour connaitre les lieux et les dates des prochains ateliers!


Si aucun atelier n'est offert dans votre région, veuillez noter que Seréna offre également des ateliers de formation à distance. Communiquez avec nous pour obtenir plus de détails!

Consultez nos articles sur les sites de nos partenaires


www.mamanpourlavie.com


Livret de grossese

 
Création du site Web Web Design Montreal